Ça y est, le jazz vous a piqué au vif et vous vous êtes pris.e de passion pour cette musique ?
Vous avez acheté un instrument et êtes prêt.e à vous lancer dans l’aventure de l’improvisation et du jeu en groupe ??

Malheureusement, vous n’y comprenez rien quand on vous parle d’”Anatole” ou d’”Enharmonie” ?
Pas de panique, vous êtes au bon endroit ! Ce lexique recense par ordre alphabétique 62 termes essentiels utilisés quotidiennement dans la pratique du jazz, et vous les explique exemples à l’appui.

Sources : https://fr.wikipedia.org/wiki/Terminologie_du_jazz
Le Livre de la Théorie du Jazz de Mark Levine
Jazz Vocal : Techniques, interprétation, improvisation de Jérôme Duvivier

A

A Capella

Jouer un morceau a capella consiste à le jouer seul.e, sans accompagnement.

Cette expression n’est pas seulement réservée aux vocalistes.

Accord

Élément musical consistant en un empilement d’au moins deux notes, jouées simultanément.
L’harmonie tonale se construit à partir d’accords de trois notes (triades) empilées par intervalles de tierce à partir d’une fondamentale (la première note qui donne son nom à l’accord).
La seconde note d’un accord est la tierce car située à un intervalle de tierce de la fondamentale, et la troisième, la quinte car située à un intervalle de quinte de la fondamentale.
Les différentes combinaisons de notes dans les accords donnent différents caractères, impressions auditives qu’on caractérise avec le mot “couleur”.

Par exemple : on parle de couleur majeure si la tierce de l’accord est majeure. Il est mineur s’il contient une tierce mineure.

Un accord peut être écrit/joué dans son état fondamental (la fondamentale est la note la plus grave), ou renversé (une autre note que la fondamentale est la note la plus grave), et avec un voicing spécifique (voir définition ci-dessous).

Les notes d’un accord peuvent être altérées. On se réfère toujours aux accords construits à partir des tonalités majeures ou mineures pour caractériser ces altérations.

Par exemple : Gmaj. On peut trouver dans les grilles, en substitution de cet accord, un G#5. La #5 ou quinte augmentée est une altération, la quinte a été altérée par rapport à son état originel (quinte juste).

Anacrouse (Levée)

Note ou ensemble de notes précédant le premier « temps fort » d’une phrase musicale. En Jazz, on parle plus couramment de levée.

Par exemple : La première phrase de la mélodie du standard de Duke Ellington In a Sentimental Mood part en levée car ses premières notes sont jouées avant le premier temps de première mesure de la section A.

Anatole (Rhythm Changes)

1 : Cadence faisant s’alterner le premier, le sixième, le second et le cinquième degré d’une tonalité majeure. On parle d’anatole mineur si les degrés sont issus de la tonalité mineure.

2 : Morceau. Un Anatole ou une grille de Rhythm Changes est une grille d’accords basée sur le standard de George Gershwin I Got Rhythm. Les sections A de cette grille sont constituées en grande partie de cadences Anatoles décrites ci-dessus, ce qui explique le nom attribué à ce type de grille.

Armure

L’armure d’un morceau correspond aux altérations des différentes notes de sa tonalité par rapport à la tonalité non-altérée de Do Majeur. Ces altérations sont notées en dièses ou en bémol, selon des ordres bien précis, et sont situées au début de chaque portée d’une partition. Sauf indication dans la mesure ou changement d’armure, ces altérations valent pour tout le morceau.

Par exemple : Afin que l’échelle d’intervalles de la gamme de Sol majeur corresponde à celle d’une gamme majeure, sa septième note, la note Fa doit être relevée d’un demi-ton, elle sera donc dièse. Dans un morceau en Sol majeur, chaque Fa sera dièse par défaut, on indique donc un Fa dièse à la clé.

Pour trouver facilement la tonalité d’un morceau grâce à son armure (et inversement), consultez cet article.

Arpège

Figure mélodique correspondant aux notes d’un accord jouées successivement.

Par exemple : Les arpèges de guitare les plus fameux du rock :

B

Basse

1 : Instrument. Le terme « Basse » est utilisé comme raccourci pour désigner l’instrument qui joue les notes les plus graves de l’harmonie dans un groupe. Ce rôle peut être assuré par une Contrebasse, une Basse électrique, la main gauche d’un organiste ou d’un pianiste, un synthétiseur, une clarinette Basse…

2 : Basse d’un accord. La Basse d’un accord est sa note la plus grave. À ne pas confondre avec sa tonique ou sa fondamentale.

Binaire

Désigne la décomposition du temps. Un temps binaire est découpé de manière égale, par multiples de deux. Généralement, un temps va être égal à la valeur rythmique d’une noire. Les subdivisions d’un temps binaire vont être traditionnellement des croches, ou des double-croches.

Le jazz bossa-nova, le jazz-rock, le rock… ont des rythmiques binaires. Le terme binaire s’oppose au ternaire (voir ci-dessous).

(On parle aussi d’horloge rythmique pour désigner les subdivisions du temps).

Par exemple, le rythme rock de base s’insère dans une horloge binaire, dont toutes les subdivisions sont jouées par le charleyston. Ici, le temps correspond à une noire et ses subdivisions à deux croches :

Blue Note

La note caractéristique d’une gamme blues. Une gamme blues est constituée d’une gamme pentatonique (à 5 notes) et une blue note ajoutée. Cette note est dissonante par rapport à l’harmonie, et a un caractère acide caractéristique du son blues.

Par exemple : Les gammes blues majeures et mineures et leurs blue notes :

Gamme Blues Majeure :

Gamme Blues mineure :

Blues

1 : Genre musical. Le blues est un genre musical, vocal et instrumental dérivé des chants de travail des populations afro-américaines subissant la ségrégation raciale aux États-Unis. Le blues est apparu dans le sud des États-Unis au cours du XIXe siècle. C’est traditionnellement un style où un.e chanteur.euse exprime sa tristesse et ses déboires.

2 : Forme musicale. Le terme « Blues » désigne tout morceau basé sur la grille de blues. La grille de Blues comprend 12 mesures et (à l’origine) seulement 3 accords, comme ceci :

Pour plus d’information sur la grille de Blues, consulter cet article.

Bourdon (Pédale)

Une note grave tenue jouée par la Basse sur laquelle on improvise à l’aide d’un ou plusieurs modes. Si un rythme est rajouté à la note d’un bourdon, on parle d’une pédale. Des accords peuvent se succéder sur une pédale.

Par exemple : La pédale de Ve degré de la fin du thème Dear Old Stockholm.

Break (Stop)
  1. Mise-en-place où la rythmique d’un morceau s’arrête d’un coup pour créer le silence. Peut arriver au début d’un solo, on parle d’un stop-chorus.
    Par exemple : le fameux Stop Chorus de Charlie Parker sur A Night in Tunisia.
  2. Un break de batterie désigne une variation de la rythmique jouée à la batterie sur un temps assez court, pour casser la monotonie et relancer l’intérêt de l’auditeur. Le mot « Fill » est aussi approprié.
    Par exemple : Les fills de Batterie d’un spécial de Big Band comme celui de Splanky, de Count Basie.
Bridge (Pont)

La partie centrale d’un morceau AABA, le B. Elle fait le « pont » entre les 2e et 3e parties A, qui sont souvent parfaitement similaires. C’est souvent à cet endroit que se trouvent les changements significatifs d’harmonie et de mélodie du morceau.

Par exemple : Le pont du standard Have You Met Miss Jones.

C

Cadence
  1. Alternance spécifique d’accords faisant entendre des mécanismes de tension et de résolution de l’Harmonie Tonale.
    Par exemple : La cadence parfaite du Ve degré vers le Ier degré, le ii V I… Pour plus d’informations sur les cadences, consulter mon cours complet sur l’Harmonie Jazz.
  2. Moment improvisé à la fin d’un morceau où l’instrument soliste, souvent de manière virtuose, brode autour de la fin du thème pour mieux amener la dernière note du morceau où il est rejoint par la rythmique.
    Par exemple : La cadence de Clifford Brown sur le morceau Once in a While. Les fameuses cadences de Keith Jarrett sur les ballades, assez longues et virtuoses du point de vue harmonique.

Chabada

Le chabada ou cha-ba-da est la figure rythmique de base jouée par le batteur pour accompagner les morceaux de jazz avec une rythmique typée swing. Elle est jouée sur la cymbale ride ou bien la cymbale charleston fermée ou bien ouverte sur les 1er et 3e temps.

Chase (4-4, 8-8…)

On parle de chase (« poursuite » en anglais) quand au moins deux solistes se succèdent, en improvisant tour à tour en se passant le relais toutes les 8 ou 4 mesures. Cette formule, où chaque musicien doit répondre à une phrase improvisée par le précédent en faisant preuve d’inventivité et de virtuosité, est particulièrement stimulante pour les instrumentistes.
L’utilisation la plus commune de cette formule est celle qui permet des échanges entre orchestre et batterie.

On désigne plus couramment les chase par le nombre de mesures qui s’alternent : “4-4”, “8-8″…

Par exemple : Les fameux chase de Sonny Rollins et John Coltrane sur Tenor Madness.

Chorus

En anglais, le chorus désigne le refrain d’un morceau.
Les standards issus de chansons de Broadway sont souvent composés d’un premier thème, le verse (une sorte d’« introduction ») suivi d’un deuxième (souvent de 32 mesures de forme AABA ou ABAC) considéré comme le « refrain du morceau », et qui est en fait la partie la plus connue. Les jazzmen.women ayant l’habitude de ne jouer et de n’improviser que sur ce refrain, le mot chorus désigne, par extension, un « thème » (quel qu’il soit).
Prendre un chorus, c’est prendre un solo sur un thème quelle que soit sa structure.

Clave

Un pattern rythmique excédant rarement 2 mesures utilisé en musique cubaine ou brésilienne.
La clave est jouée traditionnellement par les claves, deux cylindres de bois.
Cet instrument est remplacé en jazz par la baguette du batteur en « cross stick » technique reproduisant les sons des claves en posant la baguette à plat sur la peau de la caisse claire et en frappant son cercle.

Par exemple : La clave cubaine son 3 – 2

Clé

Référentiel utilisé pour lire les notes inscrites sur une portée. Les clés les plus utilisées en Jazz sont la clé de sol et la clé de fa. La clé employée dépend de la tessiture de l’instrument pour lequel on écrit.

Par exemple : La clé de Sol place la note Sol sur la deuxième ligne en partant du bas d’une portée.

Coda

Partie arrivant en fin de morceau servant de conclusion. On écrit une coda quand on souhaite un enchaînement harmonique ou une mise-en-place rythmique différents de la grille initiale pour finir le morceau.

Par exemple : La fameuse coda du standard de Thelonious Monk ‘Round Midnight.

Crescendo

Avec une nuance de plus en plus forte. L’inverse est decrescendo.

Cycle des Quintes

Disposition circulaire des 12 notes de la gamme chromatique. Dans le sens des aiguilles d’une montre, chaque note suivante se trouve à une quinte juste ascendante de la précédente. Dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, chaque note suivante se trouve à une quarte ascendante de la précédente (c’est pourquoi on parle aussi de cycle des quartes).

Par Romainbehar — Travail personnel, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=4138216

On utilise le cycle des quintes (ou quartes) dans notre pratique de travail comme ordre pour transposer gammes, accords, phrases dans toutes les tonalités.
On utilise aussi le cycle des quintes comme outil pédagogique pour visualiser les différents accords à l’aide de formes géométriques crées au milieu du cercle en reliant les différentes notes entre elles.

D

Démarcation/Démarquage

Une démarcation est un thème original écrit sur la grille d’un standard déjà existant. Ce procédé a été en vogue à l’époque du bebop. Les progressions d’accord n’étant pas soumises à copyright, ce procédé permettait notamment aux musiciens d’improviser sur des morceaux connus sans avoir à payer de droits.

Lennie Tristano est un des spécialistes du démarquage. Il a par exemple composé 317 East 32nd et Cool Boogie sur les accords d’Out of Nowhere ou Coolin’ Off sur les accords de Sweet Georgia Brown. On peut citer Charlie Parker qui a composé Ko-Ko, Warming up a riff ou Home Cookin sur Cherokee ou Ornithology sur How High the Moon. Ou Tadd Dameron qui a composé Hot House sur la grille de What Is This Thing Called Love.

Diatonique

Se dit d’un accord ou d’une note qui appartient à la tonalité dans laquelle on se trouve.

Par exemple : La note Do est diatonique par rapport à la tonalité de Do majeur.

Une note qui n’appartient pas à la tonalité dans laquelle on se trouve est chromatique.

Par exemple : La note Do dièse est chromatique par rapport à la tonalité de Do majeur.

Les accords peuvent aussi être diatoniques.

Par exemple : Fmaj7 est diatonique à la tonalité de Do majeur. 

Double Time

Se dit quand on multiplie par deux le tempo du morceau. Le rythme harmonique se retrouve donc accéléré.

On peut aussi doubler le tempo et multiplier par deux la durée des accords et du thème dans ce nouveau tempo. On appelle ce procédé Double Time Feeling, car par rapport à l’origine, le rythme du thème et de la grille paraît inchangé, malgré la sensation de tempo plus rapide.

Par exemple : Dans la version du morceau Jim, l’arrangement comprend un double time feeling au moment du solo de trompette.

Drive

To Drive en anglais signifie conduire, ou diriger. Un bassiste qui « drive » le groupe en prend les rênes au niveau rythmique et le propulse. C’est une bonne chose en Jazz, car quand « ça drive », le tempo ne ralentit pas, ce qui est crucial pour conserver l’énergie et le côté dansant de cette musique.

E

Enharmonique

Deux notes enharmoniques ont la même hauteur mais ne sont pas notées avec le même nom sur une partition.

Par exemple : Les notes Do dièse et Ré bémol sont enharmoniques. Sur un piano, elles peuvent être jouées avec la même touche noire, mais sur une partition, elles ne sont pas notées sur la même ligne.

Les enharmonies s’étendent aussi aux accords.

Par exemple : C#7b13 et Db7b13 sont enharmoniques. 

Comment choisir entre dièse ou bémol ? Cela dépend de la tonalité dans laquelle on se trouve.

Par exemple : Il serait mal venu de noter un accord de Gb7 dans une grille en Si majeur, l’accord F#7 étant diatonique à cette tonalité.

Extensions

Les extensions d’un accord désignent les 9e, 11e, et 13e de l’accord. Un intervalle de 9e par rapport à la fondamentale correspond à un intervalle de 2de + 1 octave. Une 9e est donc une 2nde à l’octave supérieure. La 11e correspond à la 4te une octave supérieure, et la 13e à la 6te.

On utilise l’intervalle de 9e pour signifier que la note correspondante a été empilée au-dessus des tierce, quinte, et septième de l’accord. Ainsi, un accord 9 contient forcément une 3ce, une 5te, et une 7e.

Par défaut, la 3ce est majeure, la 5te est juste, la 7e est mineure, la 9e majeure, la 11e Juste, et la 6te majeure.

Par exemple : Dans une grille, C9 signifie : Do, Mi, Sol, Si bémol, Ré.

Quand notre accord contient une extension mais pas de 7e, il faut noter cette extension à l’octave inférieure, donc 2, 4, et 6.

Par exemple : Dans une grille, C2 signifie : Do, Ré, Mi, Sol.

F

Fake Book (Real Book)

Un Fake Book est une compilation de standards de Jazz sous forme de Lead Sheet (une seule portée avec la mélodie, les accords au-dessus, et quelques indications d’interprétation).
L’appellation vient de l’argot du verbe to Fake qui signifiait improviser en anglais.

Durant les années 70, Le bassiste Steve Swallow et le pianiste Paul Bley ont pris en charge la transcription d’un Real Book nommé de manière humoristique par rapport aux Fake Book. C’est pourquoi leurs compositions et celles d’autres personnes de leur entourage constituent une large partie du Real Book, parmi les standards et les compositions classiques de jazz. Le Real Book était à la base illégal car ne payant pas de redevance aux artistes dont il contenait les compositions, mais est maintenant publié par Hal Leonard.

Fade Out (Fondu)

Désigne une baisse du volume sonore fluide et douce, jusqu’au silence. Les fondus peuvent être plus ou moins abrupts et durer plus ou moins longtemps. Ils sont très utilisés dans la musique populaire pour terminer un morceau.

Par exemple : La fin du morceau Never Gonna Give You Up de Rick Astley se termine en fondu.

Fondamentale

Le terme « fondamentale » désigne la note qui donne son nom à un accord, quelque soit le renversement de l’accord. À ne pas confondre avec la tonique et la basse.

Par exemple : Dans un Cmaj7, la fondamentale est Do.
Mais dans le cas de Cmaj7/G (lire : “Do majeur sept basse Sol”), mon accord est toujours Do majeur 7, sa fondamentale est donc toujours la note Do, mais il a été renversé, sa basse est maintenant Sol.

Quand à la tonique, elle dépend de la tonalité dans laquelle on se trouve et ne change pas quoi qu’il arrive.

G

Grille

Ensemble des accords d’un thème. On parle de grille car ces accords sont fréquemment inscrits dans une grille, chaque case représentant une mesure.

Par exemple : La grille de blues

Groove

Le groove d’un morceau désigne son type de rythmique avec l’intention de jeu.

Par exemple : le groove du morceau The Sidewinder de Lee Morgan est un Boogaloo décontracté.

On dit qu’un instrumentiste « groove » quand il a un bon phrasé, placement, et « time » (tempo qui ne ralentit pas). « Ça groove » quand tous les membres d’un groupe sont parfaitement bien placés et jouent avec la même intention.

I

II V I ou ii V I

Le ii V I désigne la succession des second, cinquième et premier degrés d’une tonalité au sein d’une progression d’accords. C’est une cadence très utilisée en jazz, constituée de deux autres cadences :

  • La demi-cadence : ii V (un accord de fonction sous-dominante vers un accord de fonction dominante) ;
  • La cadence parfaite : V -> I (un accord de fonction dominante vers le premier degré de la tonalité).
Interlude

Section d’un morceau intervenant entre deux de ses parties clé, et contrastant avec elles.

Parfait exemple en jazz : l’interlude qui relie la fin du thème et la section solo dans l’arrangement de ‘Round Midnight de Miles Davis.

Introduction

(Plus ou moins) Courte section située au début d’un morceau servant à en établir l’ambiance et la rythmique.

Par exemple : Retournez ci-dessus et écoutez la célèbre intro de ‘Round Midnight.

K

Kicks (Mises-en-place, Pêches)

Élément rythmique joué par plusieurs instruments en même temps (souvent la section rythmique) à des fins de contraste par rapport au déroulé rythmique du morceau.

Par exemple, l’interlude de ‘Round Midnight (voir ci-dessus) est composé uniquement de mises-en-place.

L

Legato (Lié)

Mode de jeu consistant à ne pas attaquer les notes, donc à ne pas les séparer entre elles. Cela donne un son doux et permet de jouer plus rapidement, l’attaque nécessitant un mouvement corporel (de langue, de doigts, de gorge…).

Le contraire de legato est staccato, ou notes piquées.

Un legato est noté sur une partition à l’aide d’une liaison reliant les têtes de notes des notes liées. Un staccato est noté avec un point au-dessus ou au-dessous de la tête de la note. Si la note ne doit pas être jouée staccato ou legato, ne rien indiquer.

Lick (Plan)

Une phrase musicale intéressante, qui vaut le coup d’être retranscrite et apprise.

Par exemple, ces 7 licks de grands jazzmen joués sur le blues.

M

Mesure

Unité de découpe de base de la musique occidentale. Une mesure rassemble un certain nombre de temps, plus ou moins accentués (on parle de temps forts ou faibles), qui rythment la musique.

Par exemple : Une mesure avec une métrique 4/4.

Métrique

L’indication de métrique au début d’un morceau désigne sur quelle valeur rythmique se base le morceau, et combien en sont contenues dans une mesure.

Par exemple, l’indication 4/4 signifie qu’il y a 4 noires dans ma mesure. Il y a traditionnellement 4 temps dans une mesure 4/4, le temps correspondant à la noire.

Par contre, l’indication 12/8 signifie qu’il y a 12 croches dans ma mesure. Mais, en 12/8, il n’y a pas 12 temps dans la mesure, on peut choisir de grouper les 12 croches par 2, ce qui donne 6 temps binaires, ou par 3 (4 temps ternaires).

Mode

Ensemble de notes définies selon leurs intervalles par rapport à une tonique (note de référence à partir de laquelle on construit le mode).

Chaque mode a une couleur particulière, et les notes qui le composent peuvent être organisées pour former des lignes mélodiques (des phrases qui constituent un solo ou un thème) ou combinées pour former des accords.
Les modes sont traditionnellement présentés sous forme de gammes.
Plus d’infos sur les Modes dans cet article.

Modulation

Changement de tonalité en cours de morceau. On reconnaît une modulation car un nouveau Ier degré est affirmé à l’aide de cadences.

Par exemple : On module dans le B du standard Body & Soul.

Attention, ne pas confondre modulation et interchange modal, plus d’infos dans cet article.

O

Out (Jeu « out »)

Jouer out ou outside the Harmony consiste à jouer d’autres notes que celles contenues dans les accords d’une grille. On peut jouer out de manière intentionnelle, ce qui donne une certaine tension car les membres du groupe paraîtront ne plus jouer ensemble, tension qui sera désamorcée de manière spectaculaire en terminant sa phrase en jouant « in » (inside the Harmony).

Par exemple : La dernière phrase du solo de Woody Shaw sur There Will Never Be Another You est out (il retombe tout de même sur ses pattes à la fin de la phrase en jouant in).

Ostinato

Court motif répété en boucle. Un ostinato peut aussi être une succession d’accords avec un rythme précis, on parle alors deVamp. Les claves sont des ostinatos rythmiques.

Par exemple : le célèbre ostinato de basse d’Acknowledgement, la première partie de l’album A Love Supreme de John Coltrane. Il est d’ailleurs repris à la voix plus tard dans le morceau.
Ou encore le Vamp du morceau
Cantaloupe Island de Herbie Hancock.

P

Phrasé

La manière de s’approprier un élément musical et l’enrichir selon une certaine nuance, articulation, placement, timbre, ou intention de jeu, selon une certaine esthétique musicale.
Le phrasé Jazz désigne des croches swing ternaires, une accentuation des croches en contre-temps, un placement un peu laid-back, etc…

Pour plus d’informations sur le phrasé swing, consulter cet article

Placement

La manière placer un élément musical par rapport au temps. On peut se placer sur le temps, en arrière du temps (jouer Laid Back), ou en avant du temps.
Plusieurs placements peuvent exister au sein d’un même groupe.

Par exemple : la contrebasse joue traditionnellement en avant du temps, et l’instrument soliste en arrière du temps.

Pour plus d’informations sur le placement, consulter cet article.

Point d’orgue

Prolongation d’une note ou d’un accord menant souvent à un silence, ce qui créé une certaine tension.

Par exemple : Les musiciens jouent un point d’orgue sur la première note du standard On the Sunny Side of the Street (version de Dizzy Gillespie).

Pompe

Manière d’accompagner en jouant tous les temps d’une mesure. Dans une mesure à quatre temps, il est possible de jouer la basse de l’accord sur le premier temps, le reste de l’accord sur le second temps, la quinte sur le troisième temps, et le reste de l’accord sur le quatrième temps.

Par exemple : La main gauche de Thelonious Monk dans sa version du morceau Dinah.
L’accompagnement des guitares en jazz manouche s’appelle “pompe manouche”.

R

Riff

Courte phrase mélodique répétée. Les riffs sont très utilisé dans le swing. On peut jouer des riffs derrière un soliste, on appelle ce procédé des backs.

À ne pas confondre avec un ostinato qui se répète en boucle, les riffs quant à eux sont joués ponctuellement.

Par exemple : Les backs des cuivres sur le morceau Blue Train de John Coltrane.

Rubato

Manière de jouer en faisant fluctuer le tempo, ou sans tempo.

Par exemple : Art Tatum joue le standard Smoke Gets in Your Eyes rubato, en accélérant ou ralentissant au gré des phrases, jusqu’à ce qu’il introduise un tempo à 1’20.

Rythme Harmonique

La durée et le placement des accords par rapport au temps.

Par exemple : les accords des 4 premières mesures du standard Autumn Leaves durent 4 temps chacun, et sont placés sur les premiers temps des mesures.

S

Section Rythmique

Tous les instruments qui ne jouent pas la mélodie d’un morceau de jazz font partie de la section rythmique. Ils sont en charge de poser un tapis harmonique et rythmique sous le soliste qui joue le thème. Traditionnellement en jazz, la section rythmique est constituée de la contrebasse, de la batterie, du piano, et s’il y en a une, de la guitare.

Shout Chorus (spécial)

Un spécial est une section mélodique différente du thème intervenant entre le dernier solo et la reprise du thème. Il comporte souvent des mises-en-place, des fills de batterie, des harmonisations de phrases virtuoses…

Par exemple : Le spécial le plus célèbre est sans doute celui du morceau Whisper Not de Benny Golson.

Standard

Un standard est un morceau qui est connu de tous les musiciens de jazz, faisant partie d’un répertoire commun à tous les jazzmen. Il fait l’objet de nombreuses reprises et est joué lors des jam session.

Les standards sont issus de chansons de Broadway écrites durant la première moitié du XXe siècle, ou sont des compositions originales écrites par des jazzmen américains à partir des années 30.

Swing

1 : Genre musical apparu lors des années trente, période aussi appelée musicalement l’ère du Swing ou Swing Era. La Swing Era était l’âge d’or des grands orchestres (big band), dont ceux de Duke Ellington et Count Basie.

2 : Phrasé swing. Manière de phraser les croches de manière inégale, en “faisant rebondir” la croche située sur le contretemps en changeant son placement et son intensité (voir “ternaire” ci-dessous).

Pour plus d’informations sur le phrasé swing, consulter cet article.

Syncope

Figure rythmique placée en contre-temps, c’est à dire ailleurs que sur le temps.

Le Jazz est une musique syncopée, la majorité des départs et fins de phrases se font « en l’air ».
De plus, le phrasé swing accentue la croche en contretemps.

Par exemple : Toutes les fins de phrase du thème et du spécial du morceau Splanky de Neal Hefti sont syncopées.

T

Tag

Une section improvisée en fin de morceau tournant en boucle.

La progression d’accords jouée lors de cette section est souvent appelée turnaround.
Elle met en scène le second degré et le cinquième degré de la tonalité, sensés résoudre sur le Ier degré (ce qui se fera à la toute fin du morceau), puis un autre ii V, mais secondaire, celui du second degré (le premier accord de la progression). La fin de la figure nous fait revenir à son commencement, d’où le nom, turnaround.

Tempo

Vitesse du morceau. Elle est comptabilisée en battements par minute (bpm). En jazz, des noms sont donnés pour désigner des fourchettes de tempo :

Ballade : 50 – 90
Medium : 90 – 180
Medium – Up : 180 – 240
Up : 240 – inf

Ternaire

Désigne la décomposition du temps. Un temps ternaire est découpé de manière inégale, par trois. Le swing, le blues, le rock n’ roll et certaines musiques afro-cubaines sont ternaires.

En Swing, on utilise seulement la première et la troisième subdivision du temps (si le temps équivaut à la noire : la première et la troisième croche).

Pour faciliter la notation, on utilise cette convention :

ou bien :

Cela signifie qu’en swing, deux croches notées de manière binaire seront en fait interprétées comme la première et la troisième croche d’un temps ternaire (symbolisé sur le schéma à l’aide un triolet).
La première croche paraît donc durer plus longtemps que la troisième, ce qui instaure un balancement dans l’horloge de subdivisions.

Un exemple audio de croches swing tiré du spécial de Splanky de Neal Hefti :

Thème

La mélodie du morceau et ses accords.

Tonalité

Système musical ayant pour bases une gamme majeure ou mineure et un centre tonal (une note aussi désignée sous le nom de tonique). À partir de ces deux éléments sont construits des accords qui vont s’alterner selon un ordre bien précis (les cadences), et une mélodie.

Pour plus d’informations sur l’Harmonie Tonale, consultez cet article.

Triade, Tétrade
  • Triade : un accord composé de trois sons (notes différentes).
  • Tétrade : un accord composé de quatre sons.

Attention ! On peut écrire un accord de triade avec 4 notes, si une des notes est répétée.
Par contre, si cette quatrième note est différente des notes de la triade, c’est un « son » en plus, nous aurons donc un tétrade.

Triton

Désigne l’intervalle de 4te augmentée ou de 5te diminuée.

Tutti

Jouer tutti : Jouer tous ensemble, avec tous les instruments du groupe.
« Un tutti » peut aussi désigner un shout chorus.

V

Voicing

La disposition spécifique des notes d’un accord. Certains voicings sont plus utilisés que d’autres.

Par exemple : Ce voicing spécifique d’un accord de Cmaj7 s’appelle drop 2 (on part d’une tétrade et on fait tomber d’une octave la seconde note en partant du haut. Ici, on est parti du second renversement).

W

Walking Bass

Une ligne de basse au rythme régulier avec des notes placées sur tous les temps de la mesure.
Voir cet article pour une démonstration d’une Walking bass.

Conclusion : Lexique essentiel de la Théorie du Jazz

Ce lexique est non-exhaustif, si un terme que vous trouvez essentiel n’y est pas inclus, indiquez-le en commentaire, et je l’ajouterai à la liste.

Cet article vous a été utile et vous souhaitez en voir d’autres de ce type ? Restez au fait des dernières publications en vous abonnant à la Newsletter. En bonus, vous recevrez chaque semaine une découverte d’un album coup de coeur sorti très récemment. Pratique pour rester connecté à l’actu du jazz, et s’abreuver d’inspiration.

Et n’oubliez pas de partager cet article si vous pensez qu’il peut sauver un.une de vos camarades qui n’y comprendrait rien aux termes employés pour parler de la Théorie du Jazz ! Il vous suffit de cliquer sur les petits boutons en bas à droite.

Catégories : ArticlesTheorie

2 commentaires

Bazin · 1 octobre 2021 à 06:31

Très simple,facile à comprendre.
Merci

    Louis · 1 octobre 2021 à 08:28

    Merci beaucoup pour ton retour Jacques, ravi que tu trouves ça clair.
    À bientôt !

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *